CliniqueBohler_CancerSein_CurageAxillaire

Tous les cancers du sein ne nécessitent pas de curage axillaire. Cette intervention concerne les cancers présentant des risques de propagation lymphatique élevés ou en présence de ganglions palpables. Cela est discuté au cas par cas lors des Réunions de Concertation Pluridisciplinaires.

En quoi consiste la chirurgie du creux axillaire ?

Le curage axillaire ou curage (évidement) ganglionnaire est une intervention chirurgicale consistant à retirer une partie des ganglions lymphatiques axillaires du côté de la tumeur.

HopitalKirchberg_CancerSein_GanglionsLymphatiques

Source : Institut National du cancer

Le curage axillaire peut être pratiqué en même temps que la chirurgie du sein mais peut aussi avoir lieu après celle-ci, lorsque les analyses anatomopathologiques ont apporté des éléments diagnostiques supplémentaires comme par exemple un envahissement des ganglions sentinelles.

Réalisé sous anesthésie générale, le curage axillaire nécessite une incision au niveau du creux de l’aisselle avec un retrait des ganglions lymphatiques des niveaux I et II.
Leur nombre peut varier d’un patient à l’autre.

Souvent un drainage temporaire aspiratif reste en place. La durée d’hospitalisation est variable.

Les indications du curage axillaire :

  • Contre-indication de la technique du ganglion sentinelle (lien GS)
  • Adénopathie axillaire positive prouvée à l’histologie
  • Cancer du sein infiltrant la peau ou la paroi thoracique
  • Cancer de grande taille > 5 cm

Après l’intervention, le Laboratoire National de Santé (LNS) reçoit l’ensemble des ganglions retirés pour un examen anatomopathologique afin de déterminer le nombre de ganglions atteints.

Les effets secondaires :

  • Une douleur locale
  • Des problèmes lymphatiques avec une accumulation de lymphe sous la peau qui se résorbe souvent spontanément (un lymphocèle axillaire)
  • Un trouble de la sensibilité située au niveau de la face interne du bras (engourdissement, sensation de froid, picotements,…)
  • Une sensibilité accrue aux infections du bras après traumatisme, piqûre d’insecte…
  • Des séquelles fonctionnelles (douleur, raideur de l’épaule ou du bras, diminution de la force musculaire)

Le risque principal du curage axillaire reste  le lymphœdème qui peut parfois se manifester plusieurs années après l’intervention.
Des précautions particulières sont à observer tout au long de la vie.

Si un ou plusieurs effets secondaires présentés se déclarent, il ne faut pas hésiter à en parler au médecin, à la Breast Care Nurse ou au personnel soignant.