HopitalKirchberg_Geriatrie_Post

Les chutes

La chute est le fait de se retrouver au sol ou tout autre niveau inférieur. Elles sont dites répétées s’il y a eu au moins deux chutes dans les 12 derniers mois.

Il s’agit d’un accident fréquent chez la personne âgée puisque 30% des plus de 65 ans et 50% des plus de 80 ans chutent au moins une fois par an. Il est important de noter que l’incapacité pour le patient de se relever constitue un facteur de mauvais pronostic.

Les conséquences des chutes sont essentiellement de nature traumatique et toutes sortes de lésions peuvent être constatées, de la simple ecchymose à la fracture grave. Cependant, toute chute chez une personne âgée constitue un événement traumatisant sévère indépendamment de l’importance des conséquences physiques, et le redouté syndrome post-chute survient dans environ un tiers des cas.

Les chutes représentent un des grands syndromes gériatriques et la compréhension de leurs mécanismes de survenue, ainsi que leurs traitements sont une préoccupation majeure des soignants des services gériatrie.

 

Le syndrome post-chute

HopitalKirchberg_Geriatrie_Chutes

Le syndrome post-chute du sujet âgé se définit par l’apparition d’une diminution des activités et de l’autonomie physique dans les jours suivant une chute, alors que les examens médicaux sont normaux.

Plus généralement, on entend par syndrome post-chute un ensemble de troubles psychologiques, d’équilibre et de la marche constaté après une chute. Tout se passe comme s’il se produisait un véritable blocage des automatismes de l’équilibre et de la marche.

On note ainsi :

  • à la phase aiguë: peur, anxiété, perte des initiatives, refus de mobilisation, tendance à partir en arrière (rétropulsion) ;
  • dans la forme chronique: confinement au domicile avec peur de sortir et de tomber, rétropulsion à la position debout avec appui du pied sur le talon et orteils en griffes, marche précautionneuse avec pieds comme aimantés au sol, les mains s’agrippant aux meubles ou à l’examinateur…

L’évolution peut être réversible si le syndrome post-chute est pris en charge précocement. En l’absence de traitement rapide, spécifique et multidisciplinaire, il peut évoluer vers une perte d’autonomie majeure.

Les facteurs pronostiques défavorables de ce syndrome sont l’incapacité à se relever du sol, un temps passé au sol après une chute de plus d’une heure ou des antécédents de chutes répétées.

Si vous pensez être concerné(e) par ce syndrome, ne tardez pas à en parler à votre entourage et à votre médecin ou au personnel soignant.

 

Vidéo
Les chutes et les personnes âgées
Voir la vidéo