HopitalKirchberg_Prothesehanche_Traitements

Les traitements sont liés à l’évolution de la maladie. Ils seront réalisés en fonction de son stade par différents professionnels de la santé et en collaboration multidisciplinaire.

 

Le traitement non chirurgical

Il existe des traitements non chirurgicaux qui permettent de soulager le patient, de maintenir une mobilité et une activité physique. Tant que les traitements médicamenteux sont efficaces, ils permettront de retarder ou d’éviter une opération.

Pour soulager la douleur lors des poussées inflammatoires d’arthrose, plusieurs traitements sont envisagés :

  • le paracétamol est utilisé en première intention, et s’il est inefficace des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits;
  • si nécessaire, des infiltrations* de corticoïdes qui agissent sur la douleur, mais n’ont aucun effet sur la structure du cartilage.

Vos douleurs peuvent parfois être soulagées par des moyens simples comme le repos, les positions antalgiques, physiothérapie, sport léger (par exemple aquagym).

 

Règles hygiéno-diététiques :

  • alimentation équilibrée, perte de poids en cas de surcharge pondérale. Une prise en charge par un nutritionniste peut être recommandée à ce stade;
  • marche avec une canne pendant les périodes douloureuses;
  • semelles de compensation, si nécessaire, à confectionner par un podologue.

Le but est d’augmenter l’efficacité de ce médicament par rapport à une prise par voie orale. C’est une pratique courante pour soulager les affections rhumatologiques, par exemple dans le genou. Les infiltrations sont réalisées dans le cabinet du médecin, lors d’une consultation classique.

Consulter à temps un spécialiste peut soulager plus rapidement vos douleurs et améliorer votre qualité de vie.

 

Le traitement chirurgical

Pourquoi j’ai besoin d’une prothèse ?

La prothèse de hanche est conseillée quand l’usure de l’articulation entraîne des douleurs qui ne sont plus soulagées par le traitement médical et que la limitation fonctionnelle progresse. Les douleurs chroniques et le handicap fonctionnel ont un retentissement considérable sur la qualité de vie. Cette notion de qualité de vie est très personnelle et prend en compte de nombreux aspects : les activités professionnelles, la vie relationnelle, la vie intime, les activités quotidiennes, les activités physiques et de loisir, le retentissement psychologique.

Le principal bénéfice d’une prothèse est le soulagement de vos douleurs et la récupération de votre fonction articulaire.

 

Quand faut-il opérer ?

La pose d’une prothèse est recommandée quand les douleurs deviennent difficilement supportables et que le traitement médical (médicaments, infiltrations, rééducation) ne soulage plus. Il ne faut intervenir ni trop tôt, ni trop tard.

L’indication opératoire ne repose jamais sur un seul critère (l’âge, le degré d’usure de l’articulation, la profession). Il est nécessaire de vous faire suivre régulièrement par votre médecin afin de poser l’indication opératoire au bon moment.

Il n’y a pas d’âge spécifique, un patient de 40 ans peut tout aussi bien nécessiter une intervention chirurgicale comme un patient de 70 ans, tout dépend de l’usure du cartilage et les causes possibles.

 

Lexique

  • Infiltration : injection locale d’un médicament, le plus souvent un anti-inflammatoire de la famille des corticoïdes, dans la zone de la lésion à traiter. Le but est d’augmenter l’efficacité de ce médicament par rapport à une prise par voie orale. C’est une pratique courante pour soulager les affections rhumatologiques. Les infiltrations sont réalisées dans le cabinet du médecin, lors d’une consultation classique.
Vidéo
Témoignage patient : prothèse de la hanche
Voir la vidéo