HopitalKirchberg_Geriatrie_Chutes

Les chutes

La chute est le fait de se retrouver au sol ou tout autre niveau inférieur. Elles sont dites répétées s’il y a eu au moins deux chutes dans les 12 derniers mois.

Il s’agit d’un accident fréquent chez la personne âgée puisque 30% des plus de 65 ans et 50% des plus de 80 ans chutent au moins une fois par an. Il est important de noter que l’incapacité pour le patient de se relever constitue un facteur de mauvais pronostic.

Les conséquences des chutes sont essentiellement de nature traumatique et toutes sortes de lésions peuvent être constatées, de la simple ecchymose à la fracture grave. Cependant, toute chute chez une personne âgée constitue un événement traumatisant sévère indépendamment de l’importance des conséquences physiques, et le redouté syndrome post-chute survient dans environ un tiers des cas.

Les chutes représentent un des grands syndromes gériatriques et la compréhension de leurs mécanismes de survenue, ainsi que leurs traitements sont une préoccupation majeure des soignants des services gériatrie.

HopitalKirchberg_Geriatrie_Chutes

 

La marche des personnes âgées

De nombreuses altérations affectent le corps humain avec l’avancée en âge : baisse de la vision, diminution de la sensibilité, perturbation au niveau du contrôle de l’équilibre, réduction de la force musculaire liée à la diminution du nombre et de la taille des fibres musculaires, fond de la masse musculaire, déformations articulaires au niveau de la colonne vertébrale, des hanches, des genoux et des pieds…

Les changements de l’attitude posturale* comme la flexion du tronc vers l’avant, favorisent notamment fortement les chutes chez la personne âgée.

Les caractéristiques de la marche varient donc en vieillissant. La personne âgée marche plus lentement qu’un jeune. Cette réduction de la vitesse de marche chez le sujet âgé est en lien direct avec la diminution de la longueur des pas et de l’augmentation du temps d’appui des pieds sur le sol. Chez certaines personnes âgées on peut observer lors de la marche une plus grande variabilité dans le placement des pieds, la largeur et la longueur des pas, ainsi que dans l’élévation du pied.

De nombreux facteurs influencent donc sur la marche et augmentent le risque de chute.

Des programmes de rééducation adaptés à la personne âgée, mettant l’accent sur le renforcement musculaire et la réadaptation de l’attitude posturale*, l’entraînement de l’équilibre, soutiennent activement l’amélioration de la stabilité de la marche et peuvent diminuer le risque de chute.

 

*L’attitude posturale correspond à l’orientation du corps par rapport à la verticale gravitaire.

Vidéo
Les chutes et les personnes âgées
Voir la vidéo