La laparotomie en chirurgie gynécologique consiste en une ouverture chirurgicale de l’abdomen par incision de sa paroi. Elle est appelée communément, chirurgie à « ventre ouvert ». L’incision se fait le plus souvent de manière horizontale, juste au-dessus du pubis ou en verticale de l’ombilic au pubis.

Incision horizontale

Incision verticale

Avantage

L’avantage de cette technique est d’accéder directement à la zone à opérer après écartement de différentes couches, à savoir la peau, les aponévroses, les muscles et le péritoine.

L’intervention est réalisée en position couchée sous anesthésie locorégionale ou générale. Une sonde vésicale est systématiquement placée ainsi qu’un redon, si nécessaire, au niveau de l’abdomen.

Le type d’anesthésie est choisi en fonction de l’acte opératoire, du choix de la patiente, de son état de santé et du résultat des examens complémentaires prescrits.

Grâce à l’évolution des techniques opératoires en chirurgie gynécologique, la laparotomie est moins utilisée en première intention.

En effet, actuellement, peu d’indications opératoires relèvent encore de la voie classique. Celle-ci est pratiquée lorsque les autres techniques opératoires (voie vaginale ou cœlioscopie) ne peuvent être utilisées.

Risques et inconvénients

Comme pour toute chirurgie, des risques opératoires et inconvénients existent. Il peut y avoir des réactions à l’anesthésie, des lésions aux organes voisins ou un risque hémorragique.

Les conséquences de cette technique opératoire peuvent être mineures ou plus importantes.

Les complications post-opératoires :

  • infection urinaire,
  • risque de phlébite ou d’embolie pulmonaire,
  • une désunion, une infection ou un hématome de la cicatrice cutanée dans les jours ou semaines qui suivent,
  • saignements vaginaux (si hystérectomie).

Les inconvénients mineurs sont de différents ordres :

  • nausées,
  • douleurs abdominales (cicatrice),
  • miction douloureuse,
  • ballonnement abdominal,
  • saignement vaginal (si hystérectomie).

Conséquences

Cette technique opératoire peut avoir plusieurs conséquences, à savoir :

  • la présence d’une cicatrice apparente,
  • des douleurs post-opératoires plus importantes,
  • une durée d’hospitalisation plus longue,
  • reprise du transit plus tardive,
  • un retard dans la reprise des activités quotidiennes et du travail.