Après une surveillance rapprochée en salle de réveil, vous êtes reconduite dans votre chambre.

A votre réveil, vous pouvez noter la présence de perfusions intraveineuses, d’une sonde vésicale, de redons ou d’une mèche au niveau vaginal. Ces éléments seront retirés progressivement durant votre hospitalisation.

Pendant les quelques jours que vous passerez dans le service de gynécologie, vous allez pouvoir récupérer tranquillement de votre intervention.

Que va-t-il se passer les jours suivants l’hystérectomie ?

Dans les premières 24 heures, le personnel soignant effectue un contrôle régulier de votre état général afin d’évaluer différents paramètres comme :

  • l’état d’éveil,
  • la douleur,
  • le ou les pansements,
  • d’éventuels saignements vaginaux,
  • la diurèse,
  • les perfusions en cours,
  • la température, tension artérielle et pouls,
  • la reprise du transit intestinal.

Cette surveillance est adaptée les jours suivants en fonction de l’évolution de votre état de santé.

Prise en charge de la douleur

Le soulagement de la douleur est une des priorités de nos équipes. En effet, les premières heures après l’intervention peuvent être douloureuses et nécessitent des traitements antalgiques efficaces. Un protocole antidouleur instauré en salle de réveil est poursuivi selon la prescription médicale.
Le premier lever doit être précoce et s’effectue obligatoirement avec l’aide de la soignante.

Surveillance et soin de la plaie opératoire

Si l’intervention est réalisée par voie abdominale, la plaie opératoire, refermée par des fils résorbables ou par des agrafes, est recouverte d’un pansement.

Si l’intervention est réalisée par coelioscopie : 3 petits pansements recouvrent l’abdomen.

Une douche est possible le lendemain de l’intervention après la pose d’un pansement étanche. Les soins de plaie sont réalisés selon les instructions du chirurgien.

Surveillance de la diurèse

La diurèse est contrôlée jusqu’à l’ablation de la sonde vésicale (+/- 24 heures post-op). Ce retrait n’est pas douloureux.

Surveillance des redons

La quantité des sécrétions évacuées dans les redons est contrôlée régulièrement jusqu’au retrait de ceux-ci sur décision médicale.

Surveillance des perfusions

Les perfusions restent en place 24 heures après l’intervention ou plus si nécessaire. La perméabilité et le point de ponction sont régulièrement vérifiés par les soignants. Après le retrait, la plupart des médicaments peuvent être donnés par voie orale.

hysterectomie-postop2

Surveillance de la reprise du transit intestinal

L’émission des premiers gaz annonce souvent la reprise du transit intestinal. Le retour des selles normales peut, lui, prendre plusieurs jours. En cas de difficultés, n’hésitez pas à en parler aux soignants.
La reprise progressive de l’alimentation est validée par le médecin.

Surveillance du risque thromboembolique

La surveillance et la prévention de cette complication consiste en :

  • une surveillance clinique des membres inférieurs (recherche de rougeurs, œdèmes, douleurs, chaleur),
  • la mise en place de bas de contention déjà avant l’intervention,
  • le lever précoce,
  • l’injection d’un anti-coagulant 1 fois par jour par voie sous-cutanée.

N’hésitez pas à poser des questions ou à prévenir votre gynécologue et/ou le personnel soignant en cas de doute sur votre état de santé et prise en charge.

La durée du séjour hospitalier dépend de votre état de santé et en grande partie de votre rétablissement.

Un traitement de sortie vous sera prescrit au besoin. Celui-ci pourra comprendre un traitement anticoagulant à poursuivre à domicile que vous pourrez vous administrer. Les soignantes vous enseigneront les gestes à réaliser pour vous faire les injections vous-même.

Avant de quitter l’hôpital, l’équipe soignante et médicale s’assure de votre autonomie ainsi que de vos connaissances relatives à votre intervention (consulter la fiche : Hystérectomie : quand reprendre mes activités ?).