Introduction

L’accouchement est considéré comme la deuxième période du travail. Il s’agit de la phase d’expulsion.

L’accouchement, réalisé par le gynécologue ou la sage-femme, est possible lorsque le col de l’utérus a atteint une ouverture de 10 cm et lorsque la tête du bébé est engagée dans le détroit inférieur correspondant à la partie basse du bassin.

Le choix de la position

Différentes positions sont envisageables au moment de l’accouchement.
Le choix de la position dépend de vos préférences mais aussi de contraintes médicales. Vous pouvez en discuter au préalable avec votre gynécologue. Ce choix dépend aussi de votre projet de naissance et des informations reçues lors de la préparation à la naissance.

En cas d’anesthésie péridurale, la position gynécologique est la position qui sera le plus souvent utilisée.

En cas de contre-indications ou de complications, le choix final revient à l’équipe soignante.

Positions d'accouchement possibles

Les positions horizontales

1 sur 4
La position traditionnelle, dite gynécologique
Couchée sur le dos, le dos du lit légèrement relevé, les jambes posées sur les étriers.
2 sur 4
La position traditionnelle, dite gynécologique (alternative)
Couchée sur le dos, le dos du lit légèrement relevé, les jambes ramenées sur le ventre sans étriers
3 sur 4
La position latérale
Couchée sur le côté, une seule jambe est en hyperflexion posée sur l’étrier
4 sur 4
La position en pseudo suspension
Couchée sur le dos, pieds posés sur les étriers, vous agrippez une alèze ou écharpe enroulée autour d’une tierce personne

Les positions verticales

Les positions verticales sont plus rarement utilisées. Elles nécessitent l’accord du gynécologue.

1 sur 3
La position assise
2 sur 3
La position à genou
3 sur 3
La position accroupie

Les efforts de poussée

L’accouchement est la phase qui nécessite le plus d’énergie. Une bonne position est nécessaire pour que les poussées soient efficaces.

Les poussées s’effectuent :

  • à dilatation complète avec un bébé engagé
  • au moment de la contraction

Deux types d’efforts de poussée :

  • « L’Inspiration bloquée » ou le « bloquer-pousser » : la plus fréquemment utilisée
  • « L’Expiration freinée » qui est une poussée par l’expiration.

Principe de l'accouchement

L’accouchement est la phase qui débute lorsque le col est à dilatation complète et qui se termine à la naissance de l’enfant.

L’accouchement se divise en 3 parties :

  • Engagement
  • Descente
  • Dégagement

Le bébé s’engage dans le bassin. Il descend à travers la filière pelvienne.
Progressivement, la tête se dégage du périnée, suivent les épaules et le reste du corps.

Le nouveau-né est placé sur le ventre de la maman si toutefois il ne nécessite pas de soins immédiats.

Le cordon est clampé par le gynécologue ou la sage-femme et coupé par le papa s’il le souhaite.

Le recours à l'épisiotomie

Il s’agit d’une incision du périnée réalisée en cas de nécessité et sous anesthésie péridurale ou locale. Le recours à l’épisiotomie n’est pas systématique lors de l’accouchement.

Le but de l’épisiotomie est double :

  • Protéger le périnée des complications de l’accouchement en le préservant de lésions plus importantes.
  • Permettre d’utiliser une aide instrumentale (ventouse-forceps) ou d’accélérer l’expulsion en cas de souffrance fœtale.

Les fils utilisés pour suturer l’épisiotomie sont résorbables.

Le rôle de la sage-femme

La sage-femme assure la surveillance de la maman et du bébé grâce à différents moyens cliniques et techniques, le monitoring par exemple, pendant toute la durée du travail, y compris l’accouchement et les heures qui suivent l’accouchement.

Le rôle de la sage-femme est d’accompagner une maman, un couple tout au long du travail. Elle est présente pour l’aider à accoucher dans les meilleures conditions possibles.

Elle fait partie intégrante de l’équipe médicale : gynécologue, pédiatre, anesthésiste, etc.